Depuis quelques années, la vidéosurveillance destinée à sécuriser les espaces publics s’est installé dans notre quotidien. Dans toute logique, CPS s’est donc spécifié dans ce domaine.

Quatre éléments essentiels composent un système de vidéosurveillance traditionnel :

Des caméras, des lignes de transmission du signal vidéo, plusieurs écrans de contrôle qui affichent les images ou les séquences saisies par les caméras de plus en plus souvent, un disposiitf d’enregistrement qui stocke les images transmises.

En termes de finalité de la vidéosurveillance, deux catégories principales peuvent être distinguées. Elles sont fondées sur des différences fonctionnelles importantes.

La vidéosurveillance dissuasive est utilisée pour inciter celui qui pourrait potentiellement avoir une attitude inadéquate à adopter le comportement requis, tandis que la vidéosurveillance invasive vise à surveiller secrètement un individu précis.

Pour obtenir ses effets, la vidéosurveillance dissuasive implique que les caméras soient bien visibles, voire même qu’elles soient annoncées à tous les utilisateurs de l’espace public par des affiches, autocollants et ou écrans de contrôle.

A l’inverse, l’efficacité de la vidéosurveillance invasive suppose que le surveillé ignore la présence.


Rien n’a été trouvé

Toutes nos excuses, mais votre requête pour cette archive n’a donné aucun résultat. Peut-être aurez-vous plus de chance en lançant une recherche...